Expériences vécues

Votre première Aurore Boréale

Que ce soit en Norvège ou ailleurs, en mer ou à terre, la vision d’une Aurore Boréale reste un moment unique et une expérience personnelle inoubliable.

PAR MICHELE MEYER ET MARIE-SUZANNE COMBECAVE

Passagers sur le pont admirant la magie des Aurores Boréales. Photo : Ørjan Bertelsen

Il existe de nombreuses premières fois dans une vie, le premier baiser ou la première chute à vélo. Nos parents nous les ont racontés car nous étions trop jeunes pour nous en souvenir.

Mais notre première Aurore Boréale, c’est une toute autre histoire. C’est la nôtre, à nous, précieusement rangée dans un tiroir de notre mémoire. La mienne remonte à une vingtaine d’années. J’étais guide dans les Rocheuses Américaines et j’emmenais un groupe de français à la découverte des Grands Espaces. Nous nous trouvions ce soir-là dans le Parc National de Waterton au Canada près de la frontière avec le Montana aux USA. En sortant du restaurant, je remarquai tout à coup une longue trainée verte dans le ciel. Le chauffeur me confirma qu’il s’agissait d’une Aurore Boréale. Ma surprise fut grande car nous étions en latitude au niveau de Bordeaux, donc très en-dessous du Cercle Polaire. Mon cœur battait la chamade. Tel un grand serpent, cette aurore ondulait et changeait de forme à chaque instant. J’étais émerveillée et la contemplais en cillant à peine de peur de la faire disparaître. Tout à coup, je me mis à penser à mon groupe qui dînait encore dans le restaurant. Je courus les retrouver et criai en arrivant : « Il y a une Aurore Boréale dehors ! »

« C’était une de ces aurores qui se font attendre. Nous passions de bâbord à tribord quand enfin, le voile de l’aurore se mit à s’épaissir et à s’étendre pour recouvrir tout le bateau de dégradés de vert et de rose »

Les magnifiques Aurores Boréales à Tromsø. Photo : Andreas Kalvig Anderson / Kalvig Foto

Mon groupe sortit précipitamment et nous nous retrouvâmes au bord du lac tous ensemble. C’était ma première observation, je n’avais aucune explication à donner, hormis leur conseiller d’en profiter. Cette aurore fut spectaculaire. Nous avions cependant créé un vent de panique… une trentaine de français qui avaient quitté le restaurant sans payer, ça ne se faisait pas. Mais surtout, le plus drôle, c’est que les serveurs avaient débarrassé toutes les tables et que chacun avait dû recommander son plat ou directement passer au dessert. C’est une mésaventure qui ne vous arrivera pas sur votre croisière Hurtigruten car, si une Aurore Boréale est annoncée pendant le dîner, vous pourrez sortir de table pour profiter du spectacle car pendant ce temps, votre plat sera conservé au chaud.

Navire à Tromsø sous les Aurores Boréales. Photo Ole C. Salomonsen / Hurtigruten

Ma seconde Aurore Boréale fit son apparition sur le MS Polarlys, justement pendant un de ces dîners dont nous nous régalions chaque soir à bord. Nous quittions Tromsø quand l’annonce fut faîte. Je partis faire l’annonce en français pour tout le bateau. C’était une de ces aurores qui se font attendre. Nous passions de bâbord à tribord quand enfin, le voile de l’aurore se mit à s’épaissir et à s’étendre pour recouvrir tout le bateau de dégradés de vert et de rose. Une trentaine de minutes plus tard, je pus retourner à table terminer mon repas et, à ma grande surprise, tout le monde était là. Très peu de personnes du groupe m’avaient suivi et profité du même déferlement spectaculaire d’images. Leur raison était la suivante : « Nous n’allions pas quitter la table, ça allait refroidir. » Malheureusement pour ces passagers, ce fut la seule observation du voyage. Mon conseil… quand une annonce se produit pendant un dîner, sortez, soyez patients et profitez ! Et pensez à préparer vos affaires avant de vous coucher si une aurore apparaît lorsque vous dormez. Pourquoi ? Ma plus belle nuit d’observation eut lieu sur le MS Trollfjord en plein mois de février et pendant un des plus froids hivers de ces dernières décennies. Nous eûmes un appel d’activité intense vers 23h30. Je sortis faire l’annonce en français. Nous avions quitté les îles Lofoten et nous dirigions vers Bodø. C’était une nuit de pleine lune. Le ciel était entièrement couvert d’aurores boréales qui bougeaient en permanence et nous régalaient d’un spectacle féérique. Nous étions seuls avec les éléments sur une mer calme. Tout était réuni pour passer la nuit dehors, sauf une température glaciale qui nous forçait à aller nous réchauffer dans les salons panoramiques et ressortir dès que nous pouvions sentir à nouveau nos extrémités. Ceux qui avaient quitté leur cabine en pyjama (cela arrive souvent), sans bonnet ni gants, s’en mordaient littéralement les doigts. D’où l’importance de toujours bien préparer ses bagages pour un tel voyage afin de pouvoir rester dehors à s’émerveiller.

PAR MICHELE MEYER, accompagnatrice à bord des navires Hurtigruten

MS Nordlys. Photo : Hurtigruten

Bain bouillonnant sous les Aurores Boréales. Photo :Agurtxane Concellon

Il y a des moments dans la vie où nous ressentons le besoin de s’évader. L’idée de partir découvrir le bout du monde (pas si loin que ça en réalité), nous est apparu comme une évidence. La Norvège et ses grands espaces, sa nature, son air du grand large avait tout ce qu’il nous fallait pour partir loin de tout le reste. Evidemment, nous avions entendu parler des Aurores Boréales, nous avions pu voir de belles photos puisque le monde aujourd’hui n’a plus de mystère … Nous étions loin d’imaginer ce que celles-ci représenteraient pour nous quelques jours plus tard.

Représentation théâtrale de la nature. Photo : Ørjan Bertelsen

Nous sommes partis tous les deux, main dans la main, pour notre voyage de noces, seulement nous, à l’aventure à bord du MS Nordlys, au départ de Bergen. L’horizon, la mer, le froid, la nature, tous ces éléments étaient là pour nous faire ressentir la liberté, notre corps, notre oxygène… Notre première Aurore Boréale nous a permis de revivre la magie de l’enfance. Nous étions sur le pont du bateau emmitouflés l’un contre l’autre à observer la nuit et les étoiles non loin du Cap Nord… quand un ruban de fumée est apparu… quand une première lueur verte a allumé un des « rubans » pour très vite se répandre en longues ondulations lumineuses lézardant le ciel.

C’était magique et nous n’en croyions pas nos yeux. Jamais nous n’avions vu un tel phénomène.

Superbes Aurores Boréales. Photo : Stian Klo / Discover North AS

C’était magique et nous n’en croyions pas nos yeux. Jamais nous n’avions vu un tel phénomène. Plus nos yeux s’habituaient à ce spectacle et plus celui-ci n’en finissait pas de nous émerveiller, grandissant à l’infini dans le ciel de la nuit polaire. Et devant ce spectacle, ils étaient bien là enfouis au fond de moi depuis tout ce temps presque oubliés… la magie et l’émerveillement.

Passagers sur le pont admirant les Aurores Boréales. Photo : Ørjan Bertelsen

Au début nous étions seuls sur le pont et puis notre joie a interpellé les quelques personnes à l’autre bout du pont… et là est arrivé une autre magie. Notre enthousiasme a contaminé peu à peu tout le bateau et quelques instants plus tard, nous étions tous sur le pont à vivre cet émerveillement ensemble, de tout âge, de différentes nationalités, ne s’étant jamais croisé auparavant. Nous avons vécu devant cette Aurore Boréale, un moment de communion qui restera gravé dans nos esprits. Durant notre croisière, nous avons vu des Aurores Boréales à 6 reprises, chacune d’entre elle était différente mais l’émerveillement était le même. Je n’oublierai jamais ce voyage.

PAR MARIE-SUZANNE COMBECAVE, passagère à bord d’un navire de la ligne de l’Express Côtier

Partager ces articles

Explorez avec Hurtigruten

Partez avec le leader mondial du voyage d’expédition. Abonnez-vous à notre newsletter pour être le premier informé des offres spéciales et des nouveaux itinéraires.

Contactez-nous pour planifier votre prochain voyage

Dans ce numéro

< Sommaire

Saveurs

Après L’effort… >