Science

Mystères Célestes

La passion du Dr John Mason pour les Aurores Boréales remonte à des décennies. Mais sa mission aujourd’hui, c’est de partager ses connaissances sur le ciel de l’Arctique.

PAR JOHN BURFITT

Les Aurores Boréales sont un sujet dont le Dr John Mason, physicien et astronome britannique, pourrait parler pendant des heures. Également appelées aurores polaires, leur apparence spectaculaire dans le ciel de l’Arctique passionne les plus grands scientifiques depuis des décennies.

Mais s’il utilise d’innombrables mots pour décrire ce phénomène, un principe revient sans cesse : la patience.

© Dr John W. Mason

« La patience est le maître mot lorsque les voyageurs espèrent observer des Aurores Boréales », déclare le Dr Mason. « La nature ne se plie pas toujours à notre programme, mais lorsque les lumières apparaissent, la récompense vaut généralement amplement chaque seconde d’attente. » Le 5 août 1972, le Dr Mason, alors âgé de 18 ans, tombe sous le charme de sa première Aurore Boréale qu’il observe au sud de l’Angleterre, événement rare dans la région. « Depuis ce jour, elles m’ont toujours fasciné. C’est addictif, presque comme une drogue », dit-il en riant. « Même si la dernière était fabuleuse, vous voulez toujours en voir d’autres pour savoir si la prochaine sera encore plus belle. »

« Même si la dernière était fabuleuse, vous voulez toujours en voir d’autres pour savoir si la prochaine sera encore plus belle. »

— Dr John Mason

© Dr John W. Mason

Fasciné par le ciel

Le Dr Mason a 67 ans et vit dans l’ouest du Sussex au Royaume-Uni. Cela fait 30 ans qu’il se rend régulièrement dans la région arctique pour observer les Aurores Boréales. Tous les ans depuis 2008, il voyage avec Hurtigruten le long de la côte norvégienne en tant que guide et partage son expertise sur les phénomènes célestes. Alors que les passagers scrutent le ciel, ils posent toujours la même question au Dr Mason : qu’est-ce que c’est exactement, une aurore boréale ? « Je ne me fatiguerai jamais de répondre, car je veux que les gens comprennent à quel point le phénomène qu’ils observent est extraordinaire. » L’Aurore Boréale survient lorsque des particules chargées en électricité qui proviennent de l’atmosphère externe du soleil pénètrent dans l’atmosphère terrestre au niveau du pôle magnétique nord, dans une région appelée ovale auroral.

Photos © Dr John W. Mason

La collision entre ces particules et les atomes et molécules d’oxygène et de nitrogène de la haute atmosphère produit de la lumière. La couleur aurorale la plus commune est le vert pâle, et survient à une distance comprise entre 100 et 150 kilomètres du sol. Au-dessus de 150 kilomètres, une légère lumière rouge apparaît, tandis qu’au crépuscule, on observe parfois des nuances violacées, mais aussi turquoise, violettes, lilas et rouge foncé. « Lorsque l’Aurore Boréale apparaît, elle semble parfois grisâtre, mais la nuance se transforme alors lentement pour former un arc de lumière aux nuances vertes, avec parfois des rayons rappelant des faisceaux de projecteurs qui jaillissent de l’arc vers le haut », explique le Dr Mason. « Le phénomène présente alors des formes très variées qui peuvent se développer dans un spectacle incroyable et changeant au fil des minutes. »

© Dr John W. Mason

Le meilleur de la saison

En Arctique, la saison des Aurores Boréales s’étend de fin septembre à début avril, lorsque la pénombre offre la meilleure visibilité. « Les couleurs sont uniquement visibles lorsque le niveau de luminosité est assez élevé pour déclencher les capteurs de couleur présents dans votre rétine », explique le Dr Mason. Le meilleur lieu d’observation se situe dans l’ovale auroral, qui s’étend généralement au nord de la ville norvégienne de Tromsø, mais les Aurores Boréales sont souvent visibles plus au sud. Le type de manifestation dépend de la position de la personne par rapport à l’ovale auroral. « L’activité de la manifestation dépend également du type de particules chargées en électricité qui entrent dans l’atmosphère, de leur niveau d’énergie et du nombre de collisions dans une période donnée », souligne le Dr Mason. « Les éruptions solaires majeures peuvent également entraîner un afflux de particules supérieur, intensifiant ainsi l’ovale auroral qui devient alors plus actif. » Les changements du climat arctique observés ces dernières décennies n’ont eu aucun impact sur l’intensité des Aurores Boréales, en raison de leur altitude élevée. « Les changements que j’ai observés affectent la météo et le climat de l’Arctique, aujourd’hui généralement plus doux et moins stable », déclare le Dr Mason. « À long terme, des changements surviendront au niveau du champ magnétique de la Terre, et cela aura un impact sur les Aurores Boréales. »

© Dr John W. Mason

Un pont vers le paradis

Les récits relatant la manifestation d’Aurores Boréales remontent à plus de 3 000 ans. Les civilisations anciennes étaient alors tellement éblouies par ces rayons lumineux qui traversaient le ciel que différentes légendes ont vu le jour. L’une des plus populaires affirmait que l’aurore était un pont entre Terre et paradis et que les rayons incarnaient les âmes des morts s’envolant vers le paradis. D’autres récits suggèrent que les Vikings croyaient que ces lumières étaient les reflets des armures et boucliers des Valkyries.

« Vous pouvez voir des choses incroyables », raconte le Dr Mason. « Il y a quelques années, j’ai vu une Aurore Boréale qui ressemblait à un dragon, ça m’a donné la chair de poule. Dès qu’elles commencent à évoluer, les aurores acquièrent leur propre caractère. C’est pourquoi elles me fascinent autant aujourd’hui que la première fois que je les ai admirées. »

© Dr John W. Mason

Une attente impatiente

Pour l’heure, le Dr Mason, qui a été nommé membre de l’Ordre de l’Empire britannique en 2009, attend avec fébrilité le prochain automne de l’hémisphère nord. Il espère alors pouvoir retourner en Norvège et participer aux prochains voyages Hurtigruten après la levée des restrictions. « C’est toujours une aventure incroyable, que le partage et les échanges avec les autres voyageurs rendent encore plus unique », dit-il. « Lorsque nous scrutons le ciel pour admirer les Aurores Boréales, je pense toujours à la chance que nous avons d’assister à ce phénomène. »

Regardez un webinaire avec le Dr John Mason

This video has been disabled until you accept marketing cookies.Manage your preferences here or directly accept targeting cookies

Hurtigruten offre une sélection de croisières qui vous emmènent à la découverte des Aurores Boréales, dont notre voyage « À la recherche des Aurores Boréales », sur la ligne de l’Express Côtier de Norvège.

Partager ces articles

Explorez avec Hurtigruten

Partez avec le leader mondial du voyage d’expédition. Abonnez-vous à notre newsletter pour être le premier informé des offres spéciales et des nouveaux itinéraires.

Contactez-nous pour planifier votre prochain voyage

Dans ce numéro

< Sommaire

Expériences vécues

Votre première aurore boréale >